agonia
japanese

v3
 

Agonia.net | ポリシー | Mission お問い合わせ | 会員登録
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

記事 コミュニティ コンテスト 随筆、エッセイ マルチメディア 個人の世界 新聞 短編 _QUOTE 脚本 スペシャル

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

同じ作家の作品


この作品の翻訳
0

 会員のコメント


print e-mail
表示: 210 .



De la pauvreté du plus riche
[ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
から [Friedrich_Nietzsche ]

2022-05-19  | [この作品をこのようにご覧ください francais]    |  次の方が提供されました Guy Rancourt




Dix ans déjà –
Pas une goutte qui m’ait atteint,
Pas un souffle humide, pas une rosée d’amour
-terre altérée de pluie…
J’implore aujourd’hui ma sagesse
de ne pas se faire avare en cette aridité :
déborde toi-même, distille toi-même ta rosée,
fais-toi toi-même pluie pour ce désert roussi !

Jadis, j’ordonnai aux nuages
de s’écarter de mes montagnes,
-jadis, je leur criai : « Plus de lumière, êtres obscurs ! »
Aujourd’hui, je les conjure de venir :
faites sur moi de l’ombre avec vos pis !
Je veux vous traire,
ô vaches des hauteurs !
Sur mes terres je répandrai
Sagesse chaude comme lait, douce rosée d’amour.

Arrière ! Arrière, vérités
au sombre regard !
Je ne veux plus, sur mes montagnes,
voir d’âpres, d’impatientes vérités !
Qu’aujourd’hui, dans l’or des sourires,
la vérité vienne à moi,
adoucie par le soleil, hâlée par l’amour,
-car je ne veux cueillir que mûre vérité.

Aujourd’hui, je tends la main
vers les boucles du hasard,
assez malin
pour le flouer, ce hasard, le mener comme un enfant.
Aujourd’hui, je ferai bon accueil
à tout – même malvenu !
Même pour le destin, je rentre mes piquants :
Zarathoustra n’est pas un hérisson !

Mon âme,
sa langue insatiable
a déjà léché le pire et le meilleur,
elle a plongé à toute profondeur,
mais toujours, pareille au bouchon,
elle rejaillit, et surnage, toujours,
goutte d’huile dansant sur des mers brunes !
C’est pour cette âme qu’on me nomme Bienheureux.

Qui me sont donc père et mère ?
Mon père, n’est-ce pas le prince Abondance
et ma mère, le Rire en Silence ?
Ne suis-je pas né de leur lit,
moi, bête à énigme,
moi, monstre lumineux,
moi, gaspilleur de toute sagesse, Zarathoustra ?

Malade aujourd’hui de tendresse,
souffle tiède du vent,
Zarathoustra attend, assis, attend sur ses montagnes,
dans son propre suc,
attendri et recuit,
au-dessous de sa cime,
au-dessous de ses glaciers,
heureux et las,
démiurge au septième jour.

-Silence !
Une vérité passe sur moi
comme un nuage, -
Elle m’atteint d’invisibles éclairs.
Par de larges et lents gradins
son bonheur monte jusqu’à moi :
Viens, viens, vérité bien-aimée !

-Silence !
C’est ma vérité à moi !
De ses yeux incertains
aux frissons veloutés,
m’atteint son regard,
aimable et méchant, vrai regard de vierge !
Elle a deviné le fond de mon bonheur,
elle m’a deviné – que médite-t-elle ?
Un dragon empourpré m’épie
dans l’abîme de son regard virginal.

-Silence, car voici que parle ma vérité !

Malheur à toi, Zarathoustra !
Tu ressembles à quelqu’un
qui aurait avalé de l’or :
on t’ouvrira le ventre, un jour !

Tu es trop riche !
Trop nombreux ceux que tu corromps !
Tu fais trop d’envieux,
tu rends pauvres trop de gens !
Même à moi, ta lumière porte ombrage,
je tremble de froid : va-t’en, Riche !
Va-t’en, Zarathoustra, de ton soleil !

Tu voudrais donner, distribuer ton superflu,
mais c’est toi, le plus superflu !
Sois raisonnable, ô Riche !
Donne-toi d’abord toi-même, ô Zarathoustra !

Dix ans déjà…
Pas une goutte qui t’ait atteint ?
Pas un souffle humide, pas une rosée d’amour ?
Mais qui pourrait t’aimer ?
Tu es trop riche !
Ton bonheur dessèche les alentours,
les appauvrit d’amour,
-terre altérée de pluie.

Nul ne te rend grâces,
mais tu rends grâces à chacun
qui accepte tes dons.
C’est à cela que je te reconnais,
trop riche,
ô toi le plus pauvre de tous les riches !

Tu te sacrifies, ta richesse te tourmente,
tu te donnes sans compter,
tu ne t’épargnes pas, tu ne t’aimes pas :
le grand Tourment ne te lâche pas,
le tourment de greniers trop pleins, d’un cœur trop plein…
Personne ne te rend plus de grâces…

Il te faut t’appauvrir,
sage insensé !
-si tu veux être aimé.
On n’aime que ceux qui souffrent,
on n’offre d’amour qu’aux affamés :
donne-toi d’abord toi-même, ô Zarathoustra !

-Je suis ta vérité…

(Friedrich Nietzsche, Dithyrambes pour Dionysos)

.  | 索引










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii 文学・詩・文化の会。記事・エッセイ・短編・古典風の詩を書いたり、鑑賞したり、コンテストに参加したりしてみてください。 poezii
poezii
poezii  検索  Agonia.Net  

許可なくこのサイトの作品を複写することは禁じられています
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | 出版および個人情報に関するポリシー

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites!