agonia
japanese

v3
 

Agonia.net | ポリシー | 広告 お問い合わせ | 会員登録
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

個人の世界 短編 脚本 随筆、エッセイ 新聞 記事 コミュニティ コンテスト スペシャル 文学的技法

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Roland REUMOND[Reumond]

 
  Reumond

住所: LIEGE
母国語 母国語


プロファイル Roland REUMOND

個人的ホームページ Roland REUMOND


 
この作家のリンク : 

Authorship & Copyright Protection (beta):
Google Profile:
 この作家の作品集:

最近投稿された作品

最近投稿された作品

コメント:

図書館の中の作品:

_PAGES_LINKS


_PAGES_LINKS





プロファイル Roland REUMOND

Psychothrapeute, alcoologue, ancien responsable de la Maison Saint-Raphal - Lige.

Pote et plasticien




BIOGRAPHIE

Au sujet de ROLAND REUMOND

Un pote hors du commun, originaire de Luc-sur-Mer dans le Calvados
Voir site de la Maison de la Posie et de la langue franaise Wallonie-Bruxelles

site : http://www.maisondelapoesie.be/auteurs/auteur.php?id_auteur=1351


En 75, lors dun change pistolaire avec le grand pote Albert Ayguesparse, autour du pome Les armes de la gurison (1973, Bruxelles, Andr De Rache), Roland Reumond exprimait toute la difficult du pote, pour aller de limaginaire vers plus de Rel,

Passer de la plage de nos petites ralits personnelles et gostes,
Pour fendre le vent et tendre,
De toute la tension des eaux et de la vie,
Vers le Grand Large o sige la Ralit tout entire

La souffrance des chercheurs de mots,
Et la qute de Sens pour sabreuver la Source de
LEssentiel

Dire, en amont
La Source de lEssentiel.
Et en aval, le flux,
Pour aller vers plus de Ralit.

Je ne suis quun pauvre mousse affam de grands larges ,

Aujourdhui encore, loin des bords de mer et de sa Normandie natale,

Le pome appelle Le Grand Large ,
Qui ne peut scrire quavec majuscules et mots sals

En 2008, avec le temps, rien na chang pour lui, la faim qui guidait sa main il y trente ans est toujours l, double dune soif inapaisable !

En remontant encore plus loin dans le temps, en pleine adolescence, durant ces vacances annuelles Luc-sur-Mer, il crivait dj,

Les plages sont pleines de questions :

LE CHEMIN

Pour sa communion solennelle, sa grande tante Marcelle, venue de Corse pour visiter la famille, lui offrira comme cadeau, une dition rare de lOrigine des espces de Charles Darwin. laube de ladolescence, en pleine recherche didentit et de vocation, cette lecture va changer sa vision de lhomme et rconcilier en lui, un double appel : celui de sa recherche spirituelle, avec un profond dsir dentrer au petit sminaire, et lappel des sciences et des arts. Lun et lautre seront toujours prsents chez lauteur.

L o ces disciplines sont discordantes pour les uns, chez Reumond, elles spousent, dans une parfaite unit :

Dans le nid douillet des grandes mares,
Lhorizon a berc la nuit avec le jour,
Pourquoi suis-je balanc entre lun et lautre ?

Par les ides de Monsieur Darwin,
Et pour la belle et grande aventure de la vie,
Mes anctres sadaptent aux flux et aux reflux,
De locan originel.

Pourquoi les mres accouchent-elles de vagues mouilles ?
Pourquoi enfantent-elles de telles grandes mares ?
Pourquoi les baleines meurent-elles au coucher de soleil ?
Et pourquoi engendrent-elles des enfants dors
Qui ont le got du miel et de lcume ?

Tous les textes de cette poque ne sont pas de la mme trempe , mais quelle sublime posie, quel questionnement, quelle rflexion chez un gamin de 15 16 ans !


De Charles Darwin Teilhard de Chardin

Avec lvolution cratrice dHenri Bergson, quil dcouvrira un peu plus tard, la lecture de ces deux ouvrages mnera lauteur faire un BTS en biologie mdicale et travailler en laboratoire de biochimie jusqu son entre lcole suprieure de thologie en 1967.

Dans une chemise intitule correspondance datant des annes soixante-dix, on trouve un texte avec un en-tte au nom de Robert G.

Robert, la vague a le vent en poupe,
Poulpes des preuves, obstination des eaux.
Et des vases communiquant leur mlancolie la Terre tout entire.

Puis un texte :

[] Je vous cris sous les plis de la vague,
Aux creux des mots damour.
Je vous cris toutes mes questions,
Comme vides de sens.

Vous seul pouvez y rpondre
Du haut de votre phare
L o le vent se gte
Et o la lumire semble plus vraie.

Jai trouv votre grotte au pied des falaises.

Votre caverne est pleine de rupestres beauts,
Comme tailles dans la pierre des mots,
Falaises mme la grotte des ides.

Platon y perdrait ses petits,
lombre des ailes de la vie.

Votre repaire de potes magre,
Fauvistes et btes fauves sy ctoient
L o la cration tout entire,
Lie lhomme et la bte,
Lange et le dmon.

Et jaime my retirer pour y travailler
En silence, me rfugier dans lantre du Verbe
En coutant le son ml
De la vague et de la plume.
La vague nous aide entrer dans le quotidien
Il faut sapproprier la vague pour vaguer avec elle.


Cest de cette poque, que date lusage presque gnralis chez lauteur, de Majuscules et de Pluriels, pour dire quelque chose dautre, de tout autre, l o les mots deviennent comme des Noms Propres , comme des noms damis ou de divinits, des attributs transcendantaux, des Absolus, porteurs dune signification multiple ou dune multitude de sens.

Ainsi cette excursion sur la digue de Luc :


[] Promenade des vents,
Sur La Brche Marais
Aux Quilhoc
Et aux Rochers
Les vents parlent du Large.

Aux Falaises et aux Brises
Aux mouettes et aux Jetes
Les vents disent le Large.

Rues des Flots et des Goulets
Sur les dunes du Petit Enfer,
Les vents murmurent les flots,

En bordure dune longue digue,
Comme plerinage,
la rtine des mers,
Comme surplombant lhorizon.

Mais la suite dun accident au cours dune baignade, il gardera de cette exprience une vision presque dantesque de ce no mans land humide entre le Ciel et la Terre.

Lanne mme de ses douze ans, lauteur de ces pomes

Humides de sels ,

Pomes tout cristallins de
Ces sels qui vous rvlent la vie,
Et qui vous rveillent lme,
Aprs lvanouissement

Restera comme imbib, profondment imprgn de ce sel, qui donne son got et tout son intrt la vie et ces pomes mtaphysiques,
Tout ddis
Aux ouvrages des vagues.
Car,
Cest en pleine mer.
Quelles font le plein dnergies
spirituelles.

Nul ne va au Grand Large,
Que par la vague,
Ainsi va le mouvement de la vie,
Et lesprance qui nous mne sa suite

De cette exprience limite au seuil de la mort, et de sa ranimation, comme une seconde naissance, un baptme, il ramnera.

Des images croustillantes qui ont la persistance des cristaux de sels.

Quand Roland Reumond ferme les yeux, il voit, et semble percevoir comme linfini des mots et des objets ; quand il les ouvre, alors il croit !

Par un don rare, celui de la double vision, avec des doubles et triples sens, le cadeau dune vraie posie, double dune grce, celle de la contemplation. Il y a de trs belles images dans ce dferlement de vagues et de mots.

Biographe de Reumond, je me suis perdue au milieu de ces flots abondants, pour venir mchouer, dnude, au pied des falaises crayeuses, l o se trouve un vrai chemin dcritures :

Empreintes de la nostalgie des eaux,
Le sable de la plage de multiples grains,
Qui brillent au soleil,
Comme des myriades de miroirs briss,
Ceux de nos blessures, plaies offertes aux vents du large,
Hologrammes abms de nous-mmes.

La plage dit la place de chacun dans les pas de lautre,
Regards sculpts aux falaises crayeuses,
Cerf-volant et place au soleil,
Pour le meilleur et pour le pire de la Cration

Un don chez lauteur, doubl dune surprenante disposition ou capacit faire des liens, les voir partout , telle une fixation, et tisser des liens pour les raliser, cest--dire les rendre rels , l o le commun des mortels nen voit aucun.

Chez lui, dans sa vie quotidienne, trois lieux pour dire le Verbe et le faire entendre :

- Lcriture avec la posie ;
- La cure de parole, dans son travail de psychothrapeute et danalyste,
Et enfin dans sa vie spirituelle :
- Les critures sacres, cent pour cent paroles dhommes et cent pour cent paroles des dieux.


Cest dans laviation o il fit son service militaire, comme permanent daumnerie, quil comprit quil devait apprendre voir le Monde de plus haut !
Il aurait pu devenir marin pote, mais sa rencontre avec luvre de Teilhard de Chardin, cette anne-l, en a dcid tout autrement, le confirmant dans une dmarche plus spirituelle.

moins de marcher sur les eaux, ce que semble faire parfois lauteur de ces pomes, on ne sort pas indemne de ce genre de lecture ! Comme je lai fait maintes reprises, je vous invite, vous aussi, mouiller vos socquettes de sport, pour suivre la vague au pays de lauteur.

Comme lvangliste Luc, le pote nous invite descendre sa suite, et avancer en eaux profondes , pour nous

Laisser mouler, mouiller et submerger par labondance des mots,
Et toutes les richesses de ses grands fonds marins

[] contrecur la vague reflue,
Il suffit dun simple mot, dune intuition, dun regard,
Pour quelles dferlent leurs perles dcumes.
Il suffit dune vague de rien, pour quelles dversent leur tout
Sur nous tous, comme flots de gros mots sals

Alors, cordiale convocation vous laisser aussi imprgner, de ce Grand Bleu version Reumond, un autre rcit de la traverse de la mer. L o, effectivement, mais au pril dune lecture avec le cur, lon risque de manquer doxygne,

[] Pour une vision des choses et des mots,
Qui en vaut vraiment la peine et le spectacle
Avec, comme qui dirait, une contemplation

Si sa plume laisse des traces de sel sur le papier et sur nos rtines, et comme une curieuse odeur de varechs autour de nous, cest quil vient de la mer et y retourne, tout comme nos anctres amphibiens.

Comme le baptis plonge ses disciples dans leau, pour les en ressortir renouvel, laissons-nous plonger nous aussi dans ces mots-l, laissons-nous immerger, pour une expdition de plonge sous-marine.

En Belgique, au pays de la drache nationale, Reumond est le plus heureux des potes, heureux comme un poisson dans leau ! Les algues en moins.

Tout comme lapniste Jacques Mayol, du Grand Bleu , il partage depuis toujours cette passion pour la mer.

Mme Lige o ses:

Plonges potiques en bord de Meuse,
entre lOurthe et lAmblve,
disent encore les fleuves sortant du jardin dEden


Ces plonges valent bien celle de Taormina en Sicile. Dans son espace littraire, le pote soppose au vide :

Si le vide ne dit mot

Car le silence des grands fonds nest pas nant, il est :

Toccata et fugues deaux,
Fuites dans lespace fluide des mots,
En apne totale, le pote,
Ne manque ni dair,
Ni daplomb


Comme dans le film de Chris Kentis Open Water : En eaux profondes , Reumond nous livre aux vents et aux mares, sacrifices de sel, nous laissant seuls au beau milieu de son ocan.

Reumond, tiendrait-il de ces Lutins, petits dmons espigles et malicieux qui se manifestent pendant la nuit ?

En tout cas, lesprit des eaux lhabite, tout comme ces farfadets vtus de varech , pour se cacher des touristes et des photographes.

N aprs guerre, Luc-sur-Mer, entre Ouistreham et Courseules-sur-Mer, o se passa sa petite enfance, sa mre tenant un salon de coiffure qui donnait sur la mer.

Chez lui, mre et mer se confondent au rythme des mots et des vagues

Sur ces plages o tout raconte des dbarquements successifs, cette cte de nacre, o
Tout nomme le dferlement des eaux, vagues
porteuses comme des mres
De varechs et de Bonnes Nouvelles

Quand liode se fait varech,
Mon il se fait lunette,
Et mes pupilles,
pave pleine de secrets

Sur ces plages o se font et se dfont des gnrations de grands-parents vikings, dbarquant de leurs drakkars, avec leurs expriences de la mer, leurs lgendes et leurs croyances.

Esprit-de-sel, esprit viking,
Esprit-de-bois, Esprit-de-vin, Esprit des vagues,
Esprit des eaux et des sources.

Dans la nature noue de souvenirs,
Le chant des arbres,
En raconte aux forts
Dans le cercle magique
Des eaux

Toutes ces gnrations de navigateurs, dont les Goulet, les Houel, Grisel, les Hue, Frillet, Marie et Beaunel, dont descend le pote REUMOND, ct maternel ; tous ces marins et dentelires, tisserands et cultivateurs, installs le long de la Douvette, prs dune fort aujourdhui disparue, parlent encore travers le pote, de ces temps anciens o

Leau se nommait trange

o farfadets
Et lutins vtus de Varech,
Festoyaient autour des grands menhirs
Et de pierres runiques.

O les prtres potes dantan,
Dessinaient avec le sang des vents,
Les fantmes de la mer.


Prsentation par Hayley SOULED, Lige, avril 2007

Bibliographie sommaire :

- Presse, critiques et commentaires de luvre
de Roland Reumond,
- Extraits de la correspondance de lauteur,
- Pomes divers et manuscrits originaux : Mantra 1
Trois essais potiques sur le balisage, dition
Caractres Paris et Balisage Gothique ,
dition Dejaie Namur
- Revue Quetzalcoatl, Marginales, Instant P, Odradek []
- Recueil : Embrun, dition Instant P Namur 1979
[]



poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii 文学・詩・文化の会。記事・エッセイ・短編・古典風の詩を書いたり、鑑賞したり、コンテストに参加したりしてみてください。 poezii
poezii
poezii  検索  Agonia.Net  

許可なくこのサイトの作品を複写することは禁じられています
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | 出版および個人情報に関するポリシー

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites!